Bjorn cotes de fer : Guerrier viking le plus redoutable

Bjorn cotes de fer : Guerrier viking le plus redoutable
Bjorn Ironside (également orthographié Björn Ironside ; vieux norrois Bjǫrn Járnsíða) est un Viking légendaire qui, dans les récits qui l’entourent, effectue des raids aux côtés de ses frères et de son père, le chef viking Ragnar Lothbrok. Si les légendes mentionnant Bjorn se déroulent au 9e siècle de notre ère, elles sont surtout connues grâce à trois sources, toutes datant du 13e siècle de notre ère environ : La Saga de Ragnar Lothbrok, Le Conte des fils de Ragnar et la Gesta Danorum de Saxo Grammaticus. Il est ici le fils de Ragnar et d’Aslaug (ou Thora, dans les Gesta), et ses frères les plus fréquemment nommés et les plus célèbres sont Ivar le Désossé, Hvitserk et Sigurd le Serpent à l’œil.
 
Dans leurs aventures, c’est son frère infirme Ivar qui mène la bande, tandis que Bjorn est décrit comme un guerrier capable et féroce qui, grâce à ses prouesses, peut renverser le cours des batailles. Son épithète semble être tout à fait littérale et fait référence à la force de ses flancs, qui étaient comme du fer (c’est-à-dire que les amateurs modernes de fitness pourraient prendre exemple sur lui). Ces voyages conduisent les frères de la Scandinavie à l’Angleterre anglo-saxonne et, dans certains récits, en Normandie, dans les royaumes francs, en Lombardie et jusqu’à une ville appelée Luni ou Luna, censée être sur la route de Rome. Bjorn devient le souverain de la Suède (ou d’une partie de celle-ci – Uppsala, le centre de la Suède et toutes ses terres) après la mort de son père par le roi Ælla de Northumbrie (r. c. 866 CE) ou reçoit de son père, de son vivant, la seigneurie de la Suède et même de la Norvège. Sa mort ou la manière dont il est mort n’est pas mentionnée, pas plus que ses éventuelles épouses, bien que la série télévisée Vikings – dans laquelle Bjorn est interprété par Alexander Ludwig et est le fils de Lagertha, et non d’Aslaug – remplisse ces blancs de manière créative. En ce qui concerne les enfants, seule l’œuvre légendaire Hervarar saga ok Heiðreks, datant du XIIIe siècle de notre ère, en mentionne : Eirik et Refil. Dans cette histoire, le premier règne sur la Suède après la mort de son père et est remplacé par le fils de son frère Refil, qui s’appelle également Eirik.
Bien que, comme pour le reste de la famille Lothbrok, le personnage de Bjorn Ironside puisse être inspiré de loin par un ou plusieurs Vikings célèbres du IXe siècle de notre ère, un lien clair est difficile à établir ; la tradition dans laquelle Bjorn apparaît est de nature légendaire plutôt qu’historique, et il en va de même pour la plupart des détails de ses exploits héroïques et de sa vie.
 

Bjorn cote de fer dans La Saga de Ragnar Lothbrok

Bjorn dans La Saga de Ragnar Lothbrok
La source principale et la plus connue du mythe de Ragnar Lothbrok et de ses fils est la Saga de Ragnar Lothbrok (vieux norrois : Ragnars saga loðbrókar), une œuvre islandaise du XIIIe siècle. L’œuvre décrit d’abord l’enfance de la mère de Bjorn, Aslaug, qui est la fille de Sigurd et Brynhild (la légendaire tueuse de dragons et la Valkyrie de la mythologie germanique, popularisée par Wagner), mais qui perd ses parents à l’âge de trois ans et grandit dans une famille pauvre en Norvège, qui la nomme Kráka (“corbeau”) et cache son origine. Pendant ce temps, Ragnar, fils du roi Sigurd Ring du Danemark, débarrasse une ville du Götaland d’un léger problème de dragon et reçoit en récompense la main de Thora, fille du jarl du Götaland. Avec elle, Ragnar a deux fils, les demi-frères aînés de Bjorn, Eirek et Agnar.
 
Thora meurt malheureusement prématurément. Lorsque Ragnar part ensuite faire un raid le long de la côte norvégienne, il finit par piller quelque chose d’imprévu ; il rencontre Kráka et l’enlève, l’épousant pour sa beauté et sa vivacité d’esprit malgré son héritage apparemment pauvre. Le couple a quatre fils : Ivar le désossé, Bjorn Ironside, Hvitserk et Rognvald (et, plus tard, après l’épisode en Suède décrit ci-dessous, Sigurd le serpent dans l’œil). Les frères, menés par Ivar en termes de stratégie et de planification et par Bjorn et Hvitserk en termes de prouesses au combat, partent souvent ensemble en raids et en aventures. Selon la Saga, ” ils étaient tous de grands hommes et les plus audacieux des guerriers, et dès qu’ils furent assez âgés, ils apprirent toutes sortes de compétences ” (7, trouvé dans Crawford, 98).
 
Lors d’un de ces raids, à Hvítabø, Rognvald est abattu et meurt, mais les frères sont néanmoins victorieux et poursuivent les habitants en fuite. Lorsqu’ils reviennent vers la ville, Bjorn prononce un vers :
 
Nos lames ont mordu plus que les leurs,
 
” notre cri de guerre a été élevé.
Je dois le dire sincèrement.
là sur le Gnipafjord.
Que chaque homme qui le souhaite-
les gars, n’épargnez pas vos épées maintenant-
deviennent, devant Hvitabaer [Hvítabø],
le fléau d’un ennemi . “
 
Bjorn et ses autres frères continueront à être la bête noire de leurs ennemis ailleurs aussi. Peu après l’épisode de Hvítabø, ils se rendent en Suède pour venger leurs demi-frères Eirek et Agnar, tués par le roi Eystein. Dès leur arrivée en Suède, les fils de Ragnar sont décrits comme impitoyables et brutaux (selon les normes actuelles, en tout cas), brûlant et pillant tout et tuant tous ceux qui se trouvaient sur leur chemin. Même la vache magique du roi Eystein, Sibilja, qui miaule si fort que les forces ennemies commencent à se battre entre elles, n’est pas de taille pour eux. Après avoir conclu cette affaire et tué Eystein, les frères partent vers le sud. La Saga décrit comment ils se dirigent vers Rome, mais ne parviennent qu’à une ville appelée Luni (ou Luna) avant d’apprendre que Rome est encore loin, de décider que c’est trop long et de faire demi-tour.
 
Bjorn finit par perdre son père lorsque Ragnar devient un peu trop confiant ; après s’être vanté d’envahir l’Angleterre avec seulement deux navires, Ragnar est capturé par le roi Ælla de Northumbrie (r. c. 866 CE) et trouve la mort dans une fosse à serpents. Les fils de Ragnar vengeront leur père en se rendant en Angleterre et en torturant Ælla en lui faisant subir l’aigle de sang (voir ci-dessous).
 

Le conte des fils de Ragnar : bjorn cote de fer, ivar le desossé, ubbe, Sigurd

Cette dernière histoire, ainsi que la plupart des éléments principaux de la Saga de Ragnar Lothbrok, est également préservée dans un ouvrage islandais datant de la fin du XIIIe siècle et du début du XIVe siècle de notre ère, Le conte des fils de Ragnar (Ragnarssona þáttr). Ce que le conte développe – sans surprise, si l’on a pris la peine de lire son titre – ce sont les actions de Bjorn et de ses frères, en particulier après la mort de leur père aux mains du roi Ælla. Ivar trouve le moyen d’établir des relations en Angleterre à partir d’une base à York, et avec ses nouveaux alliés, lui et ses frères vainquent les forces d’Ælla. Leur colère n’est pas apaisée jusqu’à ce qu’ils torturent Ælla à mort : “Ils ont maintenant l’aigle coupé dans le dos d’Ella, puis toutes ses côtes coupées de l’épine dorsale avec une épée, de telle sorte que ses poumons ont été tirés là” (3). Heureusement pour le désormais ex-roi (qui a un équivalent historique réel), cette méthode est généralement considérée comme fictive et ne relève que de ces légendes.
 
Après s’être amusés à jouer avec les entrailles d’Ælla, les fils de Ragnar partent faire des raids dans de nombreux endroits, de l’Angleterre à la Normandie, en passant par d’autres régions de l’actuelle France et la Lombardie. Comme dans la Saga, Luni est le point le plus éloigné qu’ils atteignent, Rome s’avérant ici aussi trop difficile à atteindre. L’héritage de leur père est également divisé, et Bjorn Ironside reçoit Uppsala et le centre de la Suède, ainsi que toutes les terres qui lui appartiennent. Avec son frère plus récemment né, Sigurd Snake-in-the-Eye, et Hvitserk, Bjorn passe beaucoup de temps à faire des raids en France avant de retourner dans son royaume nouvellement acquis. On ne parle plus de lui et aucun récit de sa mort n’est enregistré non plus.
 

Le Gesta Danorum source principale liée à la légende bjorn cote de fer

Le Gesta Danorum source principale liée à la légende bjorn cote de fer
Une troisième source principale liée à la légende de Ragnar et dans laquelle son fils Bjorn Ironside joue un rôle évident est le Gesta Danorum (“Faits des Danois”). Probablement écrit au début du XIIIe siècle de notre ère par Saxo Grammaticus, en latin et non en vieux norrois comme les deux sources précédentes, le neuvième livre du Gesta contient une foule d’informations sur la vie et les actes de Ragnar, y compris de nouveaux personnages et des événements non rapportés par d’autres sources, tout en essayant de relier des éléments familiers. Deux épouses de Ragnar, par ailleurs inconnues, sont mentionnées ici : la demoiselle Lagertha et une femme nommée Swanloga. Le méli-mélo qui en résulte est peut-être dû au fait que Saxo a essayé de concilier en un seul récit diverses histoires qu’il avait entendues ou lues ailleurs.
 
Malgré tous ses ajouts, le Gesta présente également des omissions évidentes en ce qui concerne les éléments habituellement présents dans les récits de Ragnar et de ses fils, dont l’un d’entre eux provoquerait une légère crise d’identité. Aslaug, qui est normalement représentée comme la mère de Bjorn, est totalement absente, et Bjorn change donc de mère pour Thora (bien que ce ne soit qu’implicite). Toute une série de frères sont mentionnés, dont beaucoup ont des mères différentes de celles des autres histoires : Sigurd Snake-in-the-Eye (ici Siward), Agnar, Ivar, et deux jokers appelés Radbard et Dunwat sont les frères de Bjorn, tandis que les demi-frères incluent Fridleif (par Lagertha), Ubbe (ou Ubba) par une femme non nommée, ainsi que Rognvald (ici Ragnald), Hvitserk et Eirek par Swanloga.
 
Saxo explique également l’épithète – finalement très peu imaginative – de Bjorn : “Biorn, ayant infligé un grand carnage à l’ennemi sans se blesser lui-même, obtint de la force de ses flancs, qui étaient comme du fer, un nom perpétuel (Ironsides)”. (9). Bjorn, comme les autres frères, assiste Ragnar dans de nombreux voyages liés à des raids et à la domination de la Scandinavie et des îles britanniques, recevant de lui la seigneurie de la Suède en récompense de sa bravoure et de ses services, ainsi que celle de la Norvège à un moment ultérieur. Tout comme Ivar, Bjorn se comporte de manière exemplaire lorsque l’un des autres fils de Ragnar, Ubba, projette d’usurper la place de son père et tente d’obtenir le soutien de Bjorn, dans un passage qui respire la moralité :
 
” Esbern [le grand-père d’Ubba, qui était au courant du complot] a rapidement fait une tentative sur Biorn lui-même, s’adressant à lui très courtoisement par l’intermédiaire de ses envoyés. Biorn répondit qu’il ne pencherait jamais plus vers la trahison que vers la bonne foi, et jugea que ce serait une chose des plus abominables que de préférer la faveur d’un frère infâme à l’amour d’un père très juste. Il punit de la pendaison les envoyés eux-mêmes, parce qu’ils lui avaient conseillé un crime si grave.”
 
Dans le Gesta, on retrouve également l’histoire familière de l’invasion fanfaronne mais fatale de l’Angleterre par Ragnar, qui finit la tête la première dans la fosse aux serpents du roi Ælla. Outré et bouleversé, ayant serré un dé qu’il tenait lorsqu’il a appris la mort de son père à tel point que ses doigts ont saigné, Bjorn monte à bord du train de la vengeance brutale avec ses frères. Sigurd et Bjorn prennent une flotte de 400 navires et déclarent la guerre à Ælla. Victorieux, ils capturent le malheureux roi qui, heureusement, n’est pas conscient de son sort. Plutôt que de s’en tenir à la méthode de torture décrite dans le conte, qui était déjà assez mauvaise, Saxo montre les garçons de Ragnar en train de découper la figure d’un aigle dans le dos d’Ælla et dit qu’après cela “ils ont salé la chair mutilée” (9). Après cet événement, Bjorn rentre chez lui et on ne parle plus de lui.
 

Inspiration historique possible pour Bjorn loth

 
Il est clair que le corpus légendaire centré sur Ragnar et ses fils provient principalement des 12ème et 13ème siècles de notre ère et est exactement cela – légendaire. Cependant, le contexte historique et l’inspiration des légendes se trouvent au 9ème siècle de notre ère, l’apogée des raids et de l’expansion des Vikings, et certains détails sont effectivement historiques. Le roi Ælla, par exemple, a réellement régné sur la Northumbrie vers 866 de notre ère et a vu une “Grande Armée” viking débarquer à sa porte à partir de 865 de notre ère ; bien que sa mort historique se soit produite lors d’une bataille avec les forces vikings autour de York vers 867 de notre ère, les méthodes de torture légendaires ne sont pas mentionnées et ne sont pas probables non plus. Les luttes de seigneurie à travers la Scandinavie et les nombreuses excursions de Ragnar et de ses fils s’inscrivent également dans le contexte du 9e siècle de notre ère où les Vikings déploient leurs ailes (enfin, leurs navires) à travers l’Europe. Les problèmes liés à l’établissement de parallèles entre les légendes et l’histoire sont, entre autres, le caractère commun des noms vikings (ce qui signifie que deux Bjorns dans deux sources ne sont pas forcément la même personne) et la rareté des sources dont nous disposons pour le 9e siècle de notre ère.
 

Inspiration historique possible pour Bjorn

 
Il est clair que le corpus légendaire centré sur Ragnar et ses fils provient principalement des 12ème et 13ème siècles de notre ère et est exactement cela – légendaire. Cependant, le contexte historique et l’inspiration des légendes se trouvent au 9ème siècle de notre ère, l’apogée des raids et de l’expansion des Vikings, et certains détails sont effectivement historiques. Le roi Ælla, par exemple, a réellement régné sur la Northumbrie vers 866 de notre ère et a vu une “Grande Armée” viking débarquer à sa porte à partir de 865 de notre ère ; bien que sa mort historique se soit produite lors d’une bataille avec les forces vikings autour de York vers 867 de notre ère, les méthodes de torture légendaires ne sont pas mentionnées et ne sont pas probables non plus. Les luttes de seigneurie à travers la Scandinavie et les nombreuses excursions de Ragnar et de ses fils s’inscrivent également dans le contexte du 9e siècle de notre ère où les Vikings déploient leurs ailes (enfin, leurs navires) à travers l’Europe. Les problèmes liés à l’établissement de parallèles entre les légendes et l’histoire sont, entre autres, le caractère commun des noms vikings (ce qui signifie que deux Bjorns dans deux sources ne sont pas forcément la même personne) et la rareté des sources dont nous disposons pour le 9e siècle de notre ère.
 
C’est précisément la raison pour laquelle l’identification directe et individuelle d’un personnage historique avec le personnage légendaire ultérieur de Bjorn Ironside pose de nombreux problèmes. Cependant, il semble qu’il y ait un courant (secondaire) dans certaines études modernes qui fait exactement cela et considère Bjorn Ironside, avec un autre Viking appelé Hásteinn (également orthographié Hastein ou Hasting), comme les chefs d’un raid viking historique sur l’Espagne actuelle. De telles expéditions lointaines ont effectivement eu lieu ; la plus ancienne dont nous ayons connaissance a eu lieu en 844 de notre ère et a vu les Vikings conquérir Séville et d’autres lieux avant d’être chassés par les Arabes résidents (la région faisait alors partie de l’émirat omeyyade de Cordoue). En 859 de notre ère, une importante flotte viking semble avoir quitté sa base sur la Loire, en France, pour se rendre en Espagne, ainsi que, selon les récits, en Afrique du Nord, dans certaines régions d’Italie et dans le sud-est de la France, récoltant au passage de nombreux butins et esclaves. La chercheuse Elise Roesdahl affirme qu’un camp d’hiver viking est en effet connu en Camargue, dans la région du delta du Rhône, et que Pise et d’autres villes d’Italie ont également été pillées (200). De plus, ces raids vikings en Méditerranée ne sont pas seulement rapportés dans les récits normands et scandinaves ultérieurs, mais aussi dans des ouvrages contemporains tels que les Annales franques de Saint-Bertin et des sources arabes.
 
Le lien présumé entre les raids méditerranéens et Bjorn Ironside et Hásteinn semble – pour autant que nous le sachions – provenir uniquement de la main d’un certain Guillaume de Jumièges, qui a écrit son ouvrage Gesta Normannorum Ducum (“Faits des ducs normands”) vers 1070 de notre ère. La légende de Bjorn Ironside, ici aussi fils d’un “roi Lothbrok” et décrit comme ayant attaqué la ville de Luni, existait donc bien avant les ouvrages les plus connus du XIIIe siècle le concernant. Les Gesta de Guillaume s’appuient sur le De Moribus de Dudo de St-Quentin, écrit entre 996 et 1015 de notre ère ; “basé sur des modèles littéraires plutôt qu’annalistiques, le travail de Dudo a été décrit comme “une histoire profondément peu fiable””. (Hanawault 1994, 111, cité dans Christys 2015). Ce n’est donc pas un bon début. Bien que Hásteinn ait pu avoir une base historique, ce que nous savons de l’emplacement du possible Hásteinn historique ne correspond pas temporellement à Guillaume de Jumièges qui le place en Espagne. En ce qui concerne Bjorn, nous n’en savons pas beaucoup plus, si ce n’est qu’au moins deux chroniques médiévales franques mentionnent un Viking qu’ils appellent Berno (peut-être Bjorn en vieux norrois ?) qui a fait un raid sur la Seine en France dans les années 850 de notre ère. Cependant, cela ne semble guère suffisant pour assimiler l’un ou l’autre de ces chefs vikings du IXe siècle de notre ère à un personnage aussi défini que Bjorn Ironside. Mais celui qui a mené ces expéditions en France et en Espagne a manifestement suscité l’intérêt d’écrivains ultérieurs, et la déduction la plus logique est que l’un d’entre eux, ou les deux, ont ensuite contribué à inspirer la figure légendaire de Bjorn Ironside, qui voyage loin, y compris en Méditerranée.

Article viking recent

La mythologie Nordique

La mythologie Nordique

Pendant des siècles, les mythes nordiques étaient transmis oralement, notamment par la poésie Scaldique . Un certain nombre de ces poèmes mythologiques a été compilé au XIIIe siècle dans l’ Edda poétique.